La troisième conférence en ligne CCIFS "Les mesures gouvernementales pour les entreprises: le point de vue des banques"

Le 8 avril 2020 s'est tenue la troisième conférence en ligne de la Chambre de commerce et d'industrie France Serbie : Mesures gouvernementales pour les entreprises: du point de vue des banques.

Vous pouvez (re)voir la conférence en cliquant ICI.

Les panélistes de cette conférence étaient: Darko Budec (fondateur et président - Buck), Dragoljub Damljanovic (président de la Chambre de commerce et d'industrie France Serbie et directeur des ventes pour les Smart Grid pour le monde entier - Schneider Electric), Marijana Cupara (chef de la division Digital et Marketing - Crédit Agricole), Predrag Mihajlovic (CEO - OTP Bank), Zoran Petrovic (CEO - Raiffeisen Bank) et le modérateur Emmanuel Koenig (membre du conseil d'administration de la Chambre de commerce et d'industrie France Serbie et partenaire - PricewaterhouseCoopers).

Les mesures économiques prises par le gouvernement de la Serbie sont bonnes, mais il est important que l'État soit efficace dans leur mise en œuvre sans délai, ont déclaré les banquiers lors d'une troisième conférence en ligne organisée par la Chambre de commerce et d'industrie France Serbie sur le thème: mesures gouvernementales pour les entreprises du point du vue des banques. Les hommes d'affaires présents ont également souligné l'importance de la durée de l'état d'urgence et de la pandémie du coronavirus, en tant que paramètre important.

Le fondateur et président de Buck, Darko Budec, a déclaré qu'une bonne partie des mesures économiques adoptées pour soutenir les hommes d'affaires en Serbie était bonne. Il a déclaré que cela ne fait qu'une partie des mesures et qu'il sera nécessaire de prolonger le programme économique, mais seulement lorsque nous verrons le succès des premières mesures.

"Les mesures devraient être prises immédiatement, avec toute leur force. Il faut dire qu'avant cette crise, nous avions une économie stable et en croissance. Maintenant, nous devons aller «à toute vapeur» et nous concentrer sur la partie économique puis la partie sociale. Le problème clé que nous devons résoudre est la liquidité de l'économie. Toutes les mesures doivent être rapides, solides et axées précisément sur le renforcement de la liquidité », a déclaré Budec.

"Je considère ces mesures par le gouvernement serbe comme un très bon outil qui permet à nos utilisateurs de continuer à fonctionner en ce temps de crise", a déclaré Mihajlovic, saluant les mesures du gouvernement, en particulier celles liées aux garanties gouvernementales pour les prêts aux entreprises.

Cependant, Zoran Petrovic, le premier homme de la banque Raiffeisen en Serbie, pense que les mesures sociales ne peuvent pas être à l'arrière-plan pour le moment. Il déclare que la distribution de «100 euros» devrait viser les citoyens sans emploi et socialement défavorisés.

«La plupart des mesures économiques adoptées par l'État sont bonnes. Cependant, il est maintenant très important que le gouvernement soit efficace dans leur mise en œuvre.
Il n'est pas bon d'annoncer qu'une partie d'entre elles sera réalisée à la mi-mai, en attendant dix jours pour tous les détails des mesures. Parallèlement à des mesures concrètes, un message de confiance doit être envoyé. Les mesures sont bonnes sur le papier, elles concernent beaucoup de choses liées à la liquidité, comme le report des impôts et des contributions, ce qui est très bien. C'est également une bonne mesure pour payer un salaire minimum aux travailleurs, ou 50 pour cent du salaire minimum pour les grandes entreprises », a déclaré Petrovic.

Il souligne qu'il s'agit d'une très bonne mesure et d'un système de garantie des prêts à l'économie, qui devraient être mis en œuvre de la meilleure façon possible, car nous constatons que les grandes et les fortes économies sont aux prises avec cela.

"Ce que je n'aime pas, c'est que notre argent soit pris et distribué gratuitement à tout le monde. Ce n'est pas une bonne mesure car je ne pense pas que nous ayons des problèmes du côté de la demande mais du côté de l'offre. Au lieu de donner 100  euros à tout le monde, y compris moi-même et ceux ici présents qui n'ont pas besoin de cet argent, j'aimerais que cet argent soit remis aux chômeurs et à ceux qui reçoivent de l'aide sociale. En bref, les dépenses consacrées aux mesures sociales devraient être augmentées », a déclaré Petrovic.

Il a ajouté que les sujets économiques étaient extrêmement importants, mais qu'il fallait également prendre soin des pauvres, qui souffrent de l'état d'urgence.

"Et encore une chose - l'Etat doit payer ses obligations envers les fournisseurs - immédiatement. Parce que, s'il y a un problème avec le règlement des fournisseurs par l'État, tout le pays sera en difficulté », a averti Petrovic.

Autres actualités

Aucune actualité disponible.

Nos événements

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur Linkedin

Fermer

Vous débutez à l'export ?