Le deuxième paquet de mesures économiques d'Etat pour aider l'économie a été adopté et vise à sauver des emplois

Le ministre des Finances de Serbie, Siniša Mali, a estimé que l'adoption du cadre juridique pour la mise en œuvre du deuxième paquet de mesures économiques est une étape extrêmement importante de l'État qui permettra de préserver les emplois et les capacités de production, c'est-à-dire d'aider l'économie à faire face aux conséquences négatives du coronavirus.

"Le paquet total vaut 66 milliards de dinars et comprend le paiement de 60 pour cent du salaire minimum en août et septembre, ainsi que l'exonération du paiement des impôts et des cotisations sur les salaires pendant un mois", a-t-il expliqué les décisions du gouvernement serbe sur l'aide supplémentaire à l'économie.

Le Mali a ajouté que le nouvel ensemble de mesures s'appuie sur le précédent, pour lequel 5,1 milliards d'euros ont été alloués, et que la Banque nationale de Serbie a également répondu aux besoins des citoyens et de l'économie avec un nouveau moratoire sur le remboursement des prêts en deux mois.

«Les micro, petites et moyennes entreprises, qui ont perçu le salaire minimum en juillet, ne devraient pas demander de nouvelles mesures, car elles recevront automatiquement 60 pour cent du salaire minimum en août, ainsi qu'en septembre pour leurs employés. Si quelqu'un ne veut pas de l'aide de l'Etat, il peut restituer cet argent au Trésor de la République de Serbie », a souligné le ministre.

Il a ajouté que les premiers 60 pour cent du premier minimum pour les employés seront sur les comptes des employeurs d'ici le 10 août, tandis que le deuxième paiement est prévu pour septembre.

Les entreprises créées après le 15 mars de cette année, avec la date butoir le 20 juillet 2020, sont autorisées à demander de l'aide.

"Ils doivent postuler et remplir le formulaire PPP-PD afin de recevoir deux salaires minimums en septembre. Puisque la candidature est en août, ils recevront donc deux salaires minimums en septembre, comme promis", a ajouté le Mali en disant qu'il est important de donner aux entreprises nouvellement créées la possibilité de recevoir des fonds du deuxième paquet de mesures du gouvernement serbe.

Le ministre a mentionné que la condition pour bénéficier d'une aide d'État est de ne pas licencier plus de 10% des travailleurs, trois mois après avoir reçu le dernier paiement. Il est également prévu que les entreprises de la catégorie des grandes entités juridiques recevront une aide d’État sous la forme de 50 pour cent du salaire minimum pour les travailleurs qui ont pris la décision de cesser de travailler et que ces entreprises disposent déjà d’une procédure régulière à appliquer avant le 15 du mois. résilié, afin d'exercer le droit aux avantages directs.

«L’État de Serbie montre à quel point il est stable, combien nous disposons d’argent, que nos finances publiques sont en très bon état. Demain, nous aurons des données sur les entrées de TVA, ainsi que sur d’autres entrées dans notre budget, mais je peux déjà dire que j’attends un résultat bien meilleur, non seulement par rapport à la révision budgétaire d'avril de cette année, mais aussi par rapport au budget initial pour 2020, qui a été adopté en novembre de l'année dernière », a déclaré le ministre Mali.

Il a précisé qu'un total de 5,8 milliards d'euros a été mis de côté pour aider l'économie et les citoyens, ce qui représente 12,5% du produit intérieur brut (PIB), et a souligné que les retraites et les salaires dans le secteur public sont stables.

"Pour le moment, nous maintenons une stabilité totale. Au cours des derniers mois, malgré la plus grande crise économique du monde, le taux de change n'a pas changé. La stabilité est toujours là, l'inflation n'a pas augmenté, comme ce fut le cas dans certaines crises précédentes. La stabilité macroéconomique a été maintenue. Le premier paquet de mesures était dans les délais et toutes les promesses que nous avons faites ont été tenues », a déclaré Mali.
Le gouvernement a adopté une conclusion sur le deuxième paquet d'aide financière au secteur privé

Lors de la session, le gouvernement de Serbie a adopté une conclusion concernant les avantages directs et les avantages fiscaux pour les entités économiques du secteur privé, qui fait référence au deuxième programme d'aide à l'économie, dans le but d'atténuer les conséquences économiques causées par la pandémie de coronavirus.

Comme il a été annoncé par le gouvernement de Serbie, le paquet comprend le paiement de 60 pour cent du salaire minimum deux fois, ainsi que le report des impôts et des cotisations sur les salaires d'un mois, et il vaut 66 milliards de dinars.

"Ces mesures commenceront à être mises en œuvre immédiatement, de sorte que les 155 premiers euros seront versés sur un compte spécial d'employeurs d'ici le 10 août, tandis que le deuxième versement aura lieu en septembre. Il s'agit d'environ un million et cinquante mille salariés dans 235 000 entités commerciales."

Il est rappelé que tous ceux qui ont perçu des prestations directes en juillet et qui appartiennent au groupe des micro, petites et moyennes entreprises seront automatiquement inscrits pour le paiement des prestations directes.

"Les micro, petites et moyennes entreprises qui ont été créées du 16 mars au 20 juillet devraient demander le recours aux mesures, puisqu'elles n'avaient pas droit au programme de premiers secours. Elles recevront des prestations directes ponctuelles. en septembre à hauteur de 120 pour cent du salaire minimum par salarié », est-il écrit dans l'annonce.

Il est également indiqué qu'ils doivent soumettre le formulaire PPP-PD avant le 15 septembre, sur lequel ils placeront le 5 janvier 2021 comme date d'échéance des impôts et des contributions.

"Quant aux entités commerciales enregistrées en tant qu'entrepreneurs, qui ne soumettent pas le formulaire PPP-PD conformément à la réglementation fiscale pertinente, elles recevront des avantages directs une fois en septembre sans engagement supplémentaire", a déclaré le gouvernement serbe.

Il est ajouté que si les entités économiques ne veulent pas utiliser ces fonds, c'est-à-dire qu'elles ne sont pas en mesure de remplir les obligations découlant de ces avantages, elles n'ont pas à les dépenser et à la fin de ce cycle, la mesure sera restituée au budget de l'État.

"En ce qui concerne les conditions d'utilisation des mesures, les employeurs ont l'obligation de ne pas réduire le nombre d'employés de plus de 10 pour cent dans la période de trois mois à compter du versement de la dernière prestation directe, c'est-à-dire au plus tard à la fin de l'année", a rappelé le gouvernement serbe.

Il est précisé que les grandes personnes morales, qui sont ainsi classées selon les rapports financiers de 2018, recevront des prestations directes si elles soumettent la liste des personnes pour lesquelles le droit au versement de fonds non remboursables pour juin et juillet est soumis avant le 15 août.

"Les mêmes règles s'appliquent à eux qu'avant - ils recevront 50 pour cent du salaire minimum par employé qui a eu une pause d'au moins 15 jours ouvrables au cours des deux mois susmentionnés. Le paiement sera effectué sur un compte covid déjà ouvert et les avantages directs ne pourront être utilisés que pour le paiement des salaires et l'indemnisation des salaires des salariés », est-il écrit dans l'annonce.

Il est ajouté que des comptes spéciaux seront également ouverts pour les entités économiques nouvellement créées qui souhaitent utiliser des mesures d'aide.

"Les entités commerciales sont obligées d'utiliser les fonds reçus au plus tard le 31 octobre 2020, et après l'expiration de ce délai, les comptes dédiés seront fermés et les fonds non dépensés seront retournés au budget", indique le communiqué.

Le Gouvernement a également adopté la Stratégie nationale pour la réalisation des droits des victimes et des témoins d'infractions pénales pour la période 2020-2025, qui vise à établir un nouveau système complet de protection et de promotion des droits des victimes et des témoins d'infractions pénales en Serbie.

"En adoptant ce document, une voie stratégique claire a été tracée pour la promotion des droits des victimes de tous les crimes en Serbie conformément aux normes européennes les plus élevées", a déclaré le gouvernement serbe dans un communiqué.

La session a également adopté le Programme d'amélioration de la lutte contre le cancer en Serbie pour la période 2020-2022, dont l'objectif est d'améliorer la prévention, la détection précoce et l'application de thérapies modernes dans le traitement des maladies malignes, grâce à une approche globale et à la participation active de tous les partenaires du système de santé.

Autres actualités

Aucune actualité disponible.

Nos événements

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur Linkedin

Fermer

Vous débutez à l'export ?